26-06-2008

La machine à popcorn

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

A Yanglin, bourgade de la province du Yunnan, tout au sud-ouest du pays, c’est dimanche, jour de marché. La rue centrale est encombrée de carioles à cheval et de camions bleus.

 

Ici, un peu à l’écart un enfant attend sagement ses parents, au coin d’une rue. A ses pieds, un sac de jute s’agite. Un museau rose dépasse : c’est un petit cochon. Plus loin, on croise modernité et vieille machinerie. Un homme, téléphone portable dans une main actionne de l’autre un chauderon à pop-corn.



18-06-2008

Un peu de bruit?

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

Audio: Le bruit du hutong

Après des mois et des mois de poussière, de gadoue, de bruit de pioche, de crachats, de casques jaunes ou bleus qui défilent sous nos fenêtres, d’ouvriers assis sur nos marches à fumer des cigarettes ou écouter les mélodies de leurs téléphones portables, le lifting de notre hutong, petite ruelle traditionnelle, touche à sa fin.

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

Du moins, c’est ce que promet une feuille A4 collée à côté de la porte. L’avis en profite aussi pour nous remercier de notre soutien et notre patience.

Tout le vieux a été détruit, remplacé par du faux-vieux. Et ces jours, la toute dernière étape: la pose de conduits électriques sous-terrain. Le hutong s’est transformé une tranchée géante et les ouvriers s’encouragent: «un, deux!», «un, deux!».

L’ambiance sonore au bureau, c’est bien simple: au nord de la cour, le bruit des ouvriers, et au sud, le cricri de la sauterelle. Pour se mettre dans l’ambiance, il suffit d’écouter le son ci-joint. Pas sûr que la chambre d’amis rencontre un franc succès…



12-06-2008

Foot toi-même!

«Vous êtes suisse? Vous n’avez vraiment pas de chance!», m’annonce de but en blanc un chauffeur de taxi ce matin. Fan de foot, comme de nombreux Chinois et Chinoises, il trouve l’équipe suisse «pas terrible», d’ailleurs, il ne «la connaît vraiment pas bien». Lui, c’est l’Italie qu’il encourage.

Je me suis retenue de lui asséner que l’équipe féminine chinoise de football avait réussi à perdre contre la Corée du Nord, lors de la finale de la Coupe féminine d’Asie, qui s’est déroulée à Hô-Chi-Minh-Ville dimanche dernier.



10-06-2008

«Cherche mari, avec bon salaire, pour ma fille»

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

En plein centre de Shanghai, dans le petit parc qui jouxte la place du Peuple, des dizaines de personnes, toutes visiblement cinquantenaires, se sont rassemblées.

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

Debout, assis, ils attendent, l’air très concentré. Tous ont une feuille à la main, sur laquelle sont rédigés plus ou moins soigneusement des caractères chinois, et des chiffres, beaucoup de chiffres.

«Ce sont des annonces pour marier nos enfants», explique rapidement cette femme qui tente de dissimuler la petite pancarte. Mais on distingue: «Fille, 1978. 1,72 mètres. Salaire plus de 10 000 yuan. Cherche beau mari. Salaire minimum 15 000. Idéalement il doit avoir son appartement. Possibilité d’acheter à deux un appartement.» Difficile d’en savoir plus, les curieux ne sont pas les bienvenus dans ce petit business. Un peu à l’écart, un homme accepte de nous en dire un peu plus: ces réunions ont lieu tous les samedi dans ce même parc.

Pourquoi? La question semble presque étonner ce jovial père de famille. «Pour aider nos enfants à trouver l’âme sœur! Vous savez, les jeunes sont tellement occupés aujourd’hui, ils sont pris par leur travail, leur carrière. Alors on les aide. En plus, ça nous occupe.» Pour achever de convaincre, il glisse: «Et puis, ça permet de se faire rapidement une idée sur la belle-famille. C’est très important vous savez…»



05-06-2008

Le plastique, c'était fantastique

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

«Vous n’auriez pas un sac??», demande la cliente, désignant d’un regard un rien exaspéré la dizaine d’achats qui restent plantés sur le comptoir du petit supermarché.

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

«Oui, ce sera deux mao!» La cliente, troublée par l’attitude de la caissière qui semblait rechigner à empaqueter ses articles, avait surtout oublié la nouvelle réglementation: depuis le 1er juin, les sacs plastiques ultrafins (moins de 0.025 mm) distribués dans les marchés et commerces sont strictement interdits, sous peine d’amende salée.

Jusqu’à 10 000 yuan prévient le Quotidien du Peuple. Leur production a aussi été arrêtée.Pour préserver l’environnement, il faut soit débourses 3 centimes pour un sac plastique ad hoc, estampillé d’un code barre comportant les références complètes du commerçant, ou alors venir avec son panier.



< Page précedente | Page suivante >