RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

Zeng Jinyan, femme de dissident: «Ils veulent me couper du monde»

le 31-10-2008
© DR
© DR

L’épouse du célèbre dissident Hu Jia, condamné le 3 avril par Pékin à trois ans et demi de prison pour «incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat» poursuit depuis chez elle son combat. Portait d’une jeune mère qui se bat pour l’avenir de sa famille.

«Attendez, il y a ma fille qui pleure», lance Zeng Jinyan sur Skype. L’épouse de Hu Jia, dissident chinois qui vient d’être choisi par le Parlement européen pour le prix Sakharov,  développe son quotidien entre son bébé qui «fait sa neuvième dent», ses soucis pour les conditions de détention de son époux et ses espoirs dans le combat que poursuivent leurs amis. «J’ai confiance en l’avenir. Croire au long terme, ça aide», dit la jeune femme de 25 ans.

Pour tuer les interminables attentes entre les très rares visites à son mari arrêté en décembre dernier et garder la tête haute face aux policiers en civil qui la surveillent 24h sur 24, Zeng Jinyan s’exprime sur son blog. Quand bien même celui-ci est censuré. Astreinte à résidence depuis un an et demi, elle peut depuis la fin des JO «sortir un peu plus facilement», glisse-t-elle. Alors elle ose de timides échappées avec sa fille, qui «adore les chats sauvages du quartier», et se fait une raison quand les voisins l’évitent: «les policiers les ont intimidés. Ils veulent me couper du monde.»

 

Le 22 octobre, à la veille de l’annonce du prix Sakharov pour la liberté de penser, elle avait pu parler 30 minutes avec Hu Jia, récemment transféré de Tianjin à Pékin. «Les conditions sont un rien meilleures que dans les précédents prisons», précise-elle, sobrement. Car elle ne se rappelle que trop bien l’état d’épuisement de Hu Jia lors de sa première visite, conséquences d’une mauvaise alimentation et des longues heures de «zuoban». «Rester des heures assis immobile sur une planche en bois. «Beaucoup s’évanouissent», m’a dit Hu Jia.»

Si les espoirs de Zeng Jinyan ont été dopés par l’annonce du prix, les réactions de certains compatriotes ne vont pas dans le même sens, en témoignent les forums de discussion: «Hu Jia, la Chine ne veut pas de toi!» Et la majorité des Chinois ignore tout de l’affaire… jusqu’au principal intéressé! «Il ne sait pas encore qu’il a reçu un prix, dit son épouse.» Il est d’ailleurs «plus qu’improbable qu’il puisse aller le chercher» le 17 décembre prochain à Strasbourg.

Papiers de Chine

A relire:

«Comment les Européens osent-ils nous faire un tel affront?»

Hu Jia reçoit le Prix Sakharov 2008

Le prix Nobel de la Paix ira-t-il à Hu Jia?

Notre interview de Zeng Jinyan, épouse de Hu Jia: «Il y a des moments où c'est insupportable»

Arrestation de Hu Jia, l'Europe s'en mêle