RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

«Comment les Européens osent-ils nous faire un tel affront?»

le 29-10-2008

Furieuse, la Chine s’est limitée à une déclaration acide après la remise du prix Sakharov au dissident Hu Jia le 23 octobre dernier. Les réactions que l’on peut recueillir dans le pays, entre quatre yeux ou sur les blogs, sont, elles aussi, loin d’être fades.

A l’annonce du nom de Hu Jia comme lauréat du prix Sakharov 2008, Qin Gang, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chois, avait réagi par une déclaration tranchée et définitive: «Hu Jia est un criminel détenu en prison pour avoir tenté de subvertir le pays. Sous prétexte de protéger les droits de l'Homme, [la remise du prix Sakharov] «invente des faits, travestit la réalité, révèle qu'il s'agit d'une tentative politique d'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine et empiète sur la souveraineté des lois du pays», a-t-il poursuivi.

Les commentaires sur les blogs et forums de discussion confirment non seulement la version officielle mais montrent encore l’incompréhension de la jeunesse chinoise à l’importance qu’accordent les Occidentaux aux droits humains et leur vision «insupportable» qu’ils ont de la Chine: «Le Parlement européen n’a aucune éthique, est grossier, imbécile et fait preuve de compétences limitées, s’insurge un internaute sur le forum Tianya. Il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce que je ressens: du mépris! Oser nous faire un tel affront…»

Un autre renchérit sur le forum Tiexue («sang de fer») connu pour sa forte tendance nationaliste. La vie de Hu Jia est interprétée sans prendre de gants: «Hu Jia n’est qu’un incapable. A passé trente ans, il n’a pas de véritable travail, aucune situation économique stable et vit sur le dos de ses parents. Il ne fait qu’exploiter les faiblesses de l’Occident pour tenter de gagner une notoriété.»

Une vision immédiatement suivie d’un commentaire lapidaire: «Que ce sympathisant des extrémistes tibétains soit expulsé du pays. Hu Jia, la Chine ne veut pas de toi!» Que ce Chinois se rassure: plusieurs internautes lancent: «Mais qui est Hu Jia?»…

 

Le plus incroyable dans tout ça, c’est que le principal intéressé n’est toujours pas au courant de son prix. Toujours sous liberté surveillée, Zeng Jinyan, l’épouse de Hu Jia, nous explique que son mari «ne sait encore rien, et qu’il est plus qu’improbable qu’il puisse aller chercher son prix» doté de 50'000 euros le 17 décembre prochain à Strasbourg. Agé de 35 ans, le détenu a récemment été transféré dans la prison de Tuanhe, à vingt kilomètres du centre de Pékin. Sa femme avait d’ailleurs pu le le voir pour la première fois dans cette prison, la veille de l'attribution du prix. «J’espère juste que les amis et supporters de Hu Jia continueront leur combat afin de faire libérer mon mari, dit-elle, avant de conclure: j’ai confiance dans le temps qui passe. Ça aide beaucoup de croire aux choses sur du long terme.»

Papiers de Chine

A relire:

Hu Jia reçoit le Prix Sakharov 2008

Le prix Nobel de la Paix ira-t-il à Hu Jia?

Notre interview de Zeng Jinyan, épouse de Hu Jia: «Il y a des moments où c'est insupportable»

Arrestation de Hu Jia, l'Europe s'en mêle