RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

Samuel Schmid profite de son séjour pékinois pour potasser l'affaire Nef

le 10-09-2008
DR
DR

Le conseiller fédéral Samuel Schmid a reçu hier matin un petit groupe de journalistes lors d’un déjeuner de presse au Swissôtel de Pékin. Le but de son séjour de 3 jours dans la capitale chinoise était avant tout d’assurer la présence du Conseil fédéral aux Paralympiques. Des discussions de coopération dans les domaines sportifs et militaires ont aussi eu lieu.

DR
DR

«Je suis venu honorer les athlètes handicapés. Je suis très impressionné et plein de respect pour leurs efforts», a déclaré le chef du département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Après une cérémonie d’ouverture le 6 au soir «vraiment fantastique», le chef Samuel Schmid a assisté aux compétitions de tennis et d’athlétisme. Et a pu encore, juste avant son départ mardi à la mi-journée, voir les «très belles» prestations de Magali Comte et Philippe Horner au tir à l’arc. «Les athlètes sont très impressionnés par la qualité de l’organisation et la richesse de la cérémonie d’ouverture, a glissé un Samuel Schmid presque enthousiaste. Les handicapés ont le sentiment d’être pris au sérieux, le comité d’organisation n’a fait aucune différence entre les Jeux olympiques et Paralympiques.»
Le chef des sports regrette cependant qu’aucune médaille suisse n’ai encore été obtenue ce ces Paralympiques qui se déroulent jusqu’au 17 septembre, ce «malgré une très bonne tactique».
 
Durant ces trois jours, le chef du DDPS a multiplié les rencontres officielles. Samuel Schmid s’est entretenu lundi avec le ministre des Sports Liu Peng. «La Suisse est en effet très compétente pour promouvoir le sport auprès de sa population, notamment avec des programmes comme Jeunesse et sport, a précisé Matthias Remund, directeur de l’Office fédéral des sports, également présent à Pékin. C’est pourquoi la Chine, qui met actuellement surtout l’accent sur le sport de pointe, aimerait s’inspirer du modèle suisse, pour que le sport soit à portée de tous.»
Côté suisse, Samuel Schmid espère «envoyer des athlètes de pointe se former en Chine». Le conseiller fédéral a ensuite rencontré le vice-recteur de l’Université des sports de Pékin. L’institution collabore depuis plus d’une année avec la Haute école fédérale de sport de Macolin. Deux étudiantes suisses s’apprêtent d’ailleurs à venir étudier une année à l’Université des sports de Pékin.
 
Militairement, une rencontre a eu lien entre le conseiller fédéral et Guo Boxiong, vice-président de la Comission militaire chinoise. «Nous avons parlé de l’évolution de la sécurité internationale dans cette région du monde, surtout sur la Corée du Nord.» L’échange d’information n’étant «pas destiné au public», le chef du DDPS a juste précisé que la situation de la Corée du Nord est «beaucoup plus détendue» que par le passé. Dans ce domaine encore, la Chine s’est montrée très intéressée par certaines spécialisations suisses. «Notamment dans la formation des soldats a dit Samuel Schmid. Ils sont très intéressés par nos simulateurs». Autres intérêts des Chinois: la formation de chiens et conducteurs de chiens de sauvetage ainsi les abris la protection civile. Après Guo Boxiong, Samuel Schmid s’est encore entretenu avec l’ancien ministre de la défense Cao Gangchuan.
 
Un séjour pékinois qui n’a pas suffi à faire oublier l’affaire Nef: «Nous avons beaucoup travaillé là-dessus ce week-end», a expliqué Samuel Schmid. Quant aux justifications qu’il devra certainement fournir à son retour, le conseiller fédéral s’est contenté de nous répondre: «Nous sommes habitués à donner des réponses aux situations que nous avons créées.»

Papiers de Chine