RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

Il court, il court, le petit Wang Pengcheng, vers les JO

le 23-08-2008
© DR
© DR

Pour cette deuxième semaine olympique, Papiers de Chine vous propose chaque jour le portrait d'un Chinois qui a réalisé quelque chose d'exceptionnel pour les Jeux. Nous élirons dimanche, jour de la cérémonie de clôture, l'aventure la plus étonnante. Choisissez vos médaillés!

Elisez le défi le plus étonnant!

Wang Pengcheng, 10 ans, «adore courir». En fait, il court depuis qu’il est né à peu de choses près. «A 4 ans, il a commencé à courir avec moi chaque jour, raconte son père, un ouvrier migrant de 36 ans. A 6 ans, il débutait l’entraînement.» De là à vouloir s’élancer vers la capitale olympique, il n’y a qu’une foulée que l’enfant franchit allégrement un jour de 2006, Wang Pengcheng a alors 8 ans: «Papa, j’aimerais traverser toute la Chine en courant.»

© DR
© DR

29 janvier 2007: celui qui rêve de devenir un «athlète» se lance. L’école est finie, du moins pour quelques semaines. Wang Pengcheng, qui vit à Hunchun, au nord, entre la Russie et la Corée du Nord, va enfin découvrir la Chine aux côtés de son père, à moto. Si les grands-parents s’opposent à cette «absurdité puérile», la mère du coureur surmonte son inquiètude pour laisser son fils réaliser son rêve: «Maman t’encouragera toujours», lui a-t-elle dit avant de supplier son mari: «Promets-moi de prendre soin de notre enfant et appelle-moi s’il a la mal de la maison».

Le départ a lieu sur l’île de Hainan, à l’extrême sud du pays. L’écolier émérite court jusqu’à 70 kilomètres par jour: Pékin est à… 3400 kilomètres et l’extrême nord du pays, le but ultime, plus loin encore. Mais Wang Pengcheng s’accroche, il court, il court: «Même quand il était malade, il a refusé de venir sur la moto», raconte son père. Sur le chemin, les gens les aident, les nourrissent, les hébergent. «Certains voulaient même nous donner de l’argent, mais nous n’avons pas pu accepter», s’émeut l’ouvrier.

Le 12 avril 2007, le coureur fou atteint Pékin après avoir usé 4 paires de baskets à moins de 100 yuans (15 francs). Mais impossible de finir la traversée du pays. L’argent manque, il faut revenir à la maison. Pas pour très longtemps. L’écolier a de la suite dans les idées et le 24 juin dernier, il repart terminer son défi. Il s’élance cette fois de chez lui tout au Nord pour arriver 2000 km plus loin dans la capitale olympique dans les temps, même un peu trop tôt: les Jeux auxquels il rêve d’assister n’ont pas encore commencé. L’enfant rentre à nouveau chez lui.

Là, une belle nouvelle l’attend: la marque d’ordinateur Lenovo, qui avait promis à 100 jeunes défavorisés à «l’esprit olympique» d’assister aux JO, lui annonce qu’il est pris! Wang Pengcheng a pu assister à moult compétitions d’athlétisme dans le nid d’oiseau. Le forfait de la star Liu Xiang? «Ce n’est pas facile pour lui, il a subi beaucoup de pressions. Mais je l’aime toujours».

Papiers de Chine


DEFI No 1: LA LONGUE MARCHE DE CHEN YOU, PAYSAN OLYMPIQUE

DEFI No 2: POUR WANG TAO, CRACHER N'EST PAS JOUER

DEFI No 3: PETIT A PETIT, ZHANG YUAN A PHOTOGRAPHIE SON NID

DEFI No 4: ZHANG YUGUI, L'HOMME QUI EN AVAIT BEAUCOUP A CIRER

DEFI No 5: LA DISCIPLINE DE ZHANG YUE? L'ARRACHE DE CIGARETTES

 

© DR
© DR