RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

La longue marche de Chen You, paysan olympique

le 18-08-2008
© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

Pour cette deuxième semaine olympique, Papiers de Chine vous propose chaque jour le portrait d'un Chinois qui a réalisé quelque chose d'exceptionnel pour les Jeux. Nous élirons dimanche, jour de la cérémonie de clôture, l'aventure la plus étonnante. Choisissez vos médaillés!

Elisez le défi le plus étonnant!

Il a usé 39 paires de chaussures, perdu des litres de sueur et l’œil  gauche dans son interminable marche. «Je voulais prouver que j’étais persévérant». Le cinquantenaire, paysan et homme-à-tout-faire, a marché durant deux ans et 7 mois dans toute la Chine en tirant un «mobile home» de plus de 200 kilos. 20 000 kilomètres à pied pour «soutenir les JO». Et aussi pour dorer son ego. Ce que le paysan a fait est «unique» et il entend que ça se sache. A voir les passants se ruer sur lui, son souhait est exaucé. «C’est l’homme de la télé! l’homme olympique!».

Le marathonien, qui porte casquette, badge Mao et habit militaire, avait envie de «faire quelque chose de sa vie». Les boulots à Pékin, Xiamen ou ailleurs, sur les chantiers, il a donné. Longtemps, il a fait le mingong, comme des centaines de millions d’autres paysans. Les Jeux lui ont offert l’occasion de se distinguer.

© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

«Personne chez moi ne réalisait l’importance des JO, explique-t-il. Ils ne voyaient pas en quoi cela les concernait. Alors je me suis lancé». En mars 2004, il décide de partir faire la promotion des JO et obtient une autorisation du bureau des sports. Les amis, la famille? «Tous me prenaient pour un cinglé».

Durant les quatre premiers mois, le sportif a pédalé. Mais à Shanghai, il n’a déjà plus de sous et doit retourner sur les chantiers. Il décide alors de changer de monture: désormais ce sera à pied en tirant sa maison, une cariole de métal qu’il bricolera lui-même. Sur les flancs, les slogans olympiques «one world, one dream» «allez à Pékin, allez aux JO». A vide, le «mobile home», 3m14 de long et 1m40 de haut, pèse 125 kilos. Chargé d’«effets personnels», il en fait le double.
Septembre 2005: le périple reprend. Chen You a 60 yuans (9.50 francs) en poche. Sur la route, des gens offrent un lit ou un repas. Il découvrira ainsi 400 villes devra changer 8 fois de pneus. Le marathonien perdra aussi un œil lors d’une chute et n’ira «même pas à l’hôpital». Le plus merveilleux? «Des touristes m’ont crié: «Vous êtes un héros!» Chen You soulève son bras gauche, bande ses muscles. Sa mine est resplendissante. Il rallume une énième clope.

Arrivé à Pékin le 6 avril, l’homme a campé longtemps près du Nid d’oiseau. Il est de retour chez lui depuis samedi dernier. L’avenir? Chen You va se marier avec une femme qu’il a rencontrée durant son voyage. Puis, ils vont reconstruire une cariole pour repartir. «A l’Ouest». Du côté du Xinjiang et du Tibet et avec un slogan bien différent: «Vive la réunion des éthnies de Chine!»

Papiers de Chine

DEFI No 2: POUR WANG TAO, CRACHER N'EST PAS JOUER

DEFI No 3: PETIT A PETIT, ZHANG YUAN A PHOTOGRAPHIE SON NID

DEFI No 4: ZHANG YUGUI, L'HOMME QUI EN AVAIT BEAUCOUP A CIRER

DEFI No 5: LA DISCIPLINE DE ZHANG YUE? L'ARRACHE DE CIGARETTES

DEFI No 6: IL COURT, IL COURT, LE PETIT WANG PENGCHENG, VERS LES JO


© Papiers de Chine
© Papiers de Chine