RECHERCHER


Papiers S.V.P.!

Pourquoi la Chine n'a-t-elle qu'un seul fuseau horaire? Et d'où viennent les baguettes? Comment a évolué l'écriture chinoise? Posez vos questions et Papiers de Chine enquêtera pour vous.

sujet@papiersdechine.ch

Les «j’accuse» de Zola, cyber-citoyen chinois

le 08-02-2008
© Papiers de Chine
© Papiers de Chine

Le nombre de blogueurs explose dans le pays. Ils sont aujourd’hui 47 millions, soit 30 millions de plus l’an dernier. Parmi eux, un cyber-citoyen qui en veut: Zhou Shuguang.

Zhou Shuguang dit Zola est un jeune homme impétueux. Un technofreak de 27 ans qui vit de réalisations de site internet et qui depuis deux ans s’est découvert un moteur: la défense des droits des citoyens. Une bonne part d’idéologique doublée d’une volonté assez marquée, il ne s’en cache pas, de sortir du lot des 1.3 milliard de Chinois.

Pour ses premiers pas, le blogueur de Changsha dans le Hunan s’est attaqué à une fraude commerciale à Canton. Mal lui en pris «J’ai reçu des appels menaçants de la compagnie qui exigeait que j’efface mon blog sinon elle me donnerait une leçon. J’ai refusé alors ils m’ont proposé de l’argent. J’ai enregistré l’appel et l’ai posté sur mon blog.» Les clics se multiplient.

Et puis est arrivée l’affaire de la «maison-clou» de Wu Ping en mars dernier. Zola se rend à Chongqing et prend le relais des médias chinois qui ont été priés de se taire l’affaire. Mais 210 millions d’internautes veillent. Les visites explosent sur son blog. Wu Ping gagne. Lui est un rien fier.

Au printemps, Zola filme et photographie les gigantesques manifestations de Xiamen PX, là encore passées sous silence et les publie sur son blog en quasi temps réel. «J’étais si excité. A ce moment-là, j’ai eu l’espoir d’une société civile chinoise forte.» Le blogueur obtient un visa pour Hong Kong. Tourisme? Non, il veut se joindre à la marche du 1er juillet. «J’étais curieux de voir comment les Hong-Kongais se battent pour la démocratie.»

Les choses se sont gâtées en fin d’année. Alors qu’il venait couvrir les manifestations de paysans grugés par une société qui leur promettait des poules aux œufs d’or, le netizen s’est fait arrêter par des policiers, conduit au bureau de la sécurité, questionné puis renvoyé de force en avion sous escorte de deux policiers qui l’ont malmené. Le moment d’arrêter? «Certainement pas, répond Zola. Je continue ma vie de blogueur, j’ai juste changé mes adresses IP et mes sites. Mes lecteurs m’encouragent, certains me demandent de les aider. J’ai droit à la parole. Je ne me tairai jamais.»

Papiers de Chine